k_7321ybo_o(0)

Changer la rotule d’un pied Manfrotto 7321YB

Depuis deux ou trois ans je suis l’heureux possesseur d’un trépied Manfrotto 7321YB. Je suis très satisfait du pied mais moins de sa rotule et de son plateau rapide en plastique.

k_7321ybo_o(0)

J’ai donc cherché à remplacer la rotule, c’est la que les problèmes commencent ! Le 7321YB étant un kit, Manfrotto a prit grand soin de ne pas monter une rotule avec un système standard de fixation par vis !

J’ai commencé par chercher des rotules qui s’adapte à ce type de fixation mais en vain. Je pensais donc que j’allais devoir changer le pied complet juste pour avoir une nouvelle rotule !

Mais je me suis un peu acharner et j’ai trouver une solution beaucoup moins couteuse : changer la colonne centrale du pied.

J’ai donc chercher une colonne centrale. On trouve très facilement des colonnes centrale pour des pieds plus haut de gamme, mais malheureusement non compatible avec le 7321YB. En effet pour éviter que l’on détourne ses pieds vendu en kit Manfrotto prend bien soin de ne pas utiliser le même diamètre de colonne pour les kit et les pieds standard. Celui du 7321YB fait 22mm quand ceux des colonnes standard font 25 ou 28mm.

Il est tout de même possible de trouver une colonne de rechange offrant la possibilité d’adapter n’importe quelle rotule. Pour cela il faut chercher dans les pieds de même niveau, souvent en kit afin de trouver la perle rare un pied avec un colonne centrale de même diamètre et une base pouvant acceuillir une rotule.

Dans mon cas le pied photo correspondant est le 732YC. Je n’en suis pas certain, mais les références de Manfrotto sont ceratainement liée en fonction des caractéristique : 7321YB vs 732YC la racine est la même 732. Une fois votre pieds de substitution trouvé, il suffit de téléchargement le pdf des pièces de rechange dispo sur le site de Manfrotto et de trouver LA référence de LA colonne qui vous intéresse.

R732,84-640x480

Colonne centrale R732,84

Avec la référence (R732,84) direction de le site http://www.manfrottospares.com/ il ne vous reste plus qu’à rechercher la référence … Dans mon cas la colonne livré à la maison par FedDex coute une vingtaine d’euros. A noté que la livraison est super rapide : commandé à 7h30 le matin reçue le lendemain à 10h30 en provenance d’Angleterre !

La colonne se monte à merveille, j’ai mon nouveau pied pour une vingtaine d’euros ! Il ne me reste plus qu’à monter ma nouvelle rotule « Joystick 324RC2″, je vous ferai une petite vidéo de démo très prochainement ! Voilà j’ai un nouveau trépied photo tout neuf, enfin presque.

IMG_8664-Modifier

Manfrotto 7321YB avec rotule 324RC2

IMG_4351

59 rue Rivoli, un bel endroit à découvrir

Cette semaine en ballade dans le centre de Paris, j’en ai profité pour revisité la galerie du 59 rue de Rivoli. J’avais découvert cette adresse il y a déjà de nombreuses années et aujourd’hui l’endroit a bien évolué mais l’esprit reste là.

59 rue Rivoli, Paris

 

Sur 6 étages vous pourrez découvrir des nombreux artistes aussi différent les un que les autres.

6 étages de galeries

Un peu d’histoire :

Le 59 RIVOLI squat d’artistes autogéré par le collectif < Chez Robert, Electrons Libres > né le 01 novembre 1999 au coeur de Paris (Châtelet), ouvre les portes d’un espace laissé pour mort, à plus de 40 000 visiteurs dès sa 1ère année d’existence. Il est alors classé 3ème Centre d’Art Contemporain à Paris en termes de fréquentation publique.

En instance d’expulsion, le 59 RIVOLI est soutenu par la Mairie de Paris dès l’élection de Bertrand Delanoë en 2002, la Ville se rendant propriétaire de l’immeuble (squatté au CDR du Crédit Lyonnais), afin que le projet vive. La réouverture officielle le 09 septembre 2009 pérennise le collectif d’artistes dans sa légitimité et son projet.

Ouvert 6 jours sur 7

Les informations pratiques :

Le 59 RIVOLI, vous accueille 6 jours/ 7 toute l’année. Il est composé aujourd’hui d’un essaim d’une trentaine d’ateliers d’artistes ainsi que d’une galerie d’exposition. Celle ci située au rez-de-chausée accueille une exposition toutes les deux semaines et des concerts tous les weekends à 18h00. Il incarne la pérennisation d’un mode de diffusion de l’Art dans la ville, qui n’existe que dans les lieux alternatifs et squats, pour toucher de nouveaux publics, démocratisant, l’accès à l’Art, en donnant à voir en permanence ses coulisses, son processus d’élaboration et de maturation.

 Alors si vous passez dans le centre de Paris, prenez une demi-heure de votre temps et allez visiter ce bel endroit.

vocelest

Vocelest la bière de la vallée de Chevreuse

Samedi dernier j’ai fat la découverte d’un brasseur de bière en pleine vallée de Chevreuse.

Le propriétaire, Emmanuel Ray, un vrai passionné, organisait une journée porte ouverte avec visite de sa brasserie. Il faisait ainsi découvrir aux amateurs de bière son processus de fabrication et les produits de qualité qu’il met dans sa bière. Après une petite dégustation je suis repartit avec mes trois cartons sous le bras et je  suis tout content de pouvoir boire de la bière de ma région !

Si comme moi vous souhaitez découvrir cette brasserie et l’excellent bière qu’est la Volcelest je vous trouverez toutes les infos ci-dessous :

 

 

 

DSCN1099.jpg

Rustrel, Le cafe de la place : fallait pas y aller

En ce beau mois d’Aout, en bons touristes que nous sommes, recherchant un peu de fraicheur, le café de la place nous avait semblé l’endroit idéal. Avec cette chaleur, qui n’aurait pas envie d’une glace … 16h30 – 17h, normal ! La belle pancarte remplie de glaces et cornets bien connus, nous y allons plein d’entrain.

DSCN1099

Un peu refroidis par l’accueil bourru du patron, qui doit en avoir marre de voir ces couillons de parisiens ( accessoirement lui faisant son CA de l’année en 2 mois ), nous y allons tout de même. On choisit dans son congélo magique, une bonne glace chacun. On s’installe, on commence à déguster, et on lui tend un beau billet parisien de 10€. Jusque là tout va bien. Trois minutes plus tard, le charmant patron nous rend la “monnaie” :  4€. Surprise, ou bien je ne sais pas compter, ou bien il y a un problème. La glace cornet à 3€, plus mon magnum affiché à un maximum de 2€50 sur la pancarte devant le café, ne font pas  6€ ??? Je lui indique gentiment, il me répond non c’est 3€ le magnum. Je lui rétorque que sur l’affichage le prix est de 2€50 maximum, le magnum que j’ai choisi est même à 2€20 sur l’étiquette défraichie. Sans complexe il me répond que sur l’affichage à l’intérieur le prix est de 3€ et que c’est celui-ci le bon ! Point barre, pas de négociation possible, et puis c’est les vacances on va pas s’énerver pour un tel comportement, mieux vaut garder sa bonne humeur.

Vous l’aurez compris si vous allez à Rustrel, charmant petit village du Vaucluse n’allez pas au café de la place, sauf si vous souhaitez vous défouler sur le patron, mais allez en face aux Platanes : resto & bar à la bonne franquette tenu par de jeunes gens super sympas acceptant volontiers les couillons de parisiens ( nous !).